Déco vintage, le sens du détail

« Le diable se cache dans les détails » disait mon Grand Père que n’effrayaient pas les poncifs. Mon Grand Père se voulait un homme droit, plein de principes, irréprochable. Il était surtout violent avec ses fils et avait des perversions qu’il serait malapropos d’exposer ici. Enfin, paix ait son âme comme on dit. Une fois morts on pardonne beaucoup aux pires salopards.

Personnellement je crois qu’en déco d’intérieur c’est plutôt la grâce que l’on peut trouver dans les détails. 

Avant même l’invention du plastique, l’électricité et la lampe à incandescence remplaçaient petit à petit les bougies et lampes à pétrole. La porcelaine, bien avant la bakélite, était le matériau dont on faisait les interrupteurs et les douilles. Ce n’est pas un hasard si une marque comme LEGRAND a son siège social à Limoge. Avant de se perdre dans l’industrialisation et l’usage massif du pastique pour des produits standardisés les premiers LEGRAND faisait de la vaisselle de porcelaine.

La grâce est dans les détails. Un bouton de nacre sur le costume de Jacques Chirac, Des points sur les i en forme de cœur dans le petit mot qu’elle me faisait passer en cachette en cours de d’Algèbre, De la fleur de sel rose sur les bords de mon verre à Margarita. Le « click » caractéristique d’un interrupteur à bascule métallique de la collection DIMBLER par Fontini… 

 

 

2 Commentaires sur “Déco vintage, le sens du détail

    • Guillaume_Lagaillarde says:

      Marina,
      je viens d’écrire un petit article sur le sujet. Vous avez besoin de savoir la fonction de votre interrupteur (va et vient, simple ou poussoir). De choisir le design que vous souhaitez et de commander au moins une plaque adaptatrice pour montage encastré. Je vous fais un mail privé pour plus d’aide. très bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *